Au sujet du Green IT

Le temps de l’insouciance

Le temps de la responsabilisation

Le temps de l’insouciance

Le secteur de l’informatique et des télécommunications (ICT) consomme aujourd’hui de 1,5 à 2% de la masse électrique de la planète et génère de 2 à 3% des émissions de gaz à effet de serre, soit autant que l’industrie aérienne.

Selon le Rapport “Smart 2020” du Climate Group et du GeSI (Global e-Sustainability Initiative), si des mesures volontaristes ne sont pas prises, les émissions du secteur ICT seront quasiment multipliées par trois d’ici 2020.

Le nombre de PC, de serveurs, de téléphones mobiles ne cesse d’augmenter.  Les data centers ‘in the cloud’ se multiplient.  Les informations que génère l’être humain, dans son cadre professionnel ou privé, explosent littéralement: données de gestion, blogs, chats et posts personnels, photos numériques et vidéos, myriade de données générées par des équipements en tous genres (‘logs’ de communications, traçage de produits, données de GPS et capteurs en tous genres)…  L’homme génère, parfois à son insu, plus d’informations qu’il n’est capable d’en “‘digérer”.  Pire, il en produit désormais plus que ce que les sites et systèmes de stockage disponibles ne peuvent en absorber.

L’Evolution n’est plus en marche. Elle est, de ce point de vue, devenue incontrôlable.

Le temps de la responsabilisation

Jusqu’il y a peu, le sentiment général qui prévalait était que tout était possible, que l’horizon était sans limites, qu’il suffisait, pour répondre à un besoin, d’ajouter quelques serveurs au parc existant, de générer quelques milliers ou millions de lignes de code supplémentaires, le tout sans compter.  Le réveil est brutal: les ressources ne sont pas inépuisables, la sur-consommation a un prix – économique et écologique.

L’informatique doit désormais raisonner en termes de développement durable, de comportement responsable. Le “green” est une nécessité.  Le “hype” et le “greenwashing” de ces dernières années ont certes fait plus de tort que de bien mais la réalité n’en demeure pas moins que l’ICT doit se mettre au vert.  Et les pistes d’amélioration et de changement des comportements sont heureusement nombreuses: virtualisation, optimisation des systèmes et des data centers, programmation plus économe des ressources, recyclage, dématérialisation des processus, télétravail…

Euro Green IT, via les projets que nous initions en collaboration avec nos partenaires et par le biais de ce site, se donne pour mission de susciter conscientisation et prises d’initiatives.

Découvrir la problématique du Green IT >>>