Opportunités et Solutions

Un thème porteur

Solutions

Un thème porteur

L’éclairage, privé, commercial, industriel ou public, est aujourd’hui un gros gaspilleur d’énergie.

De nombreuses possibilités existent pour l’optimiser, en adaptant les périodes ou l’intensité d’éclairage, en recourant à des systèmes moins énergivores, mieux programmables.  Cela permet de réduire l’impact environnemental, de diminuer la pollution lumineuse, de réaliser des économies en consommation d’énergie, émissions de CO₂ et maintenance (installation plus aisée, moins d’interventions en raison de la plus grande durée de vie des éclairages, LED par exemple).

Au-delà de son impact environnemental positif, l’éclairage intelligent peut également être synonyme de sécurité: éclairage adapté à l’environnement, visibilité accrue…  L’électronique embarquée et le potentiel de suivi en temps réel permettent en outre de le coupler à des systèmes d’alerte.

L’éclairage public intelligent peut donc être un domaine majeur d’innovation, débouchant sur la création d’une nouvelle filière d’activités et de compétences: conception de nouveaux luminaires, logiciels de pilotage et d’analyse, logiciels d’optimisation d’installation – calcul de répartition des flux lumineux, intégration avec des systèmes de génération d’énergie, de télésurveillance à des fins de sécurité…

Qu’il s’agisse de rénover le parc installé (bâtiments, routes, lieux publics, monuments…) ou d’implanter de nouvelles solutions, les potentiels sont multiples.

 

Solutions

Des luminaires peuvent être équipés de capteurs de mouvement ou de présence, d’un compteur de kWh et d’une connectique sans-fil, de type “mesh”, par exemple.  Les lampes fonctionnent en réseau et sont pilotées individuellement ou collectivement en fonction de diverses variables (taux d’occupation, luminosité ambiante, besoin de suppléer à un lampadaire voisin déficient, intensité d’éclairage local…). Cela permet ainsi de moduler l’éclairage par zones.

Certaines municipalités permettent même aux habitants de commander eux-mêmes l’éclairage de leur rue via leur téléphone (fixe ou mobile).  Ainsi à Lemgo, dans le nord de l’Allemagne, des habitants désiraient renforcer la sécurité (l’extinction des feux intervenait à 23 heures) alors que la ville était soucieuse d’éviter de trop grosses dépenses. D’où l’idée du “Dial4light” qui permet d’assurer un éclairage ponctuel, à la demande, temporaire (les lampadaires se rallument pendant 10 ou 15 minutes).

Des solutions plus futuristes se dessinent à l’horizon. Telles ces “bio-luminaires” capables de transformer le CO₂ en source d’énergie (éclairage la nuit, production de biocarburant le jour).

Ou ces candélabres LED photo-éoliens qui intègrent une éolienne et un panneau photovoltaïque, fonctionnent indépendamment de tout réseau électrique et peuvent donc être placés n’importe où.  Ou presque.  Des batteries permettent en outre de stocker plusieurs jours d’énergie.

On voit également apparaître des dalles piézoélectriques qui produisent de l’énergie par conversion de l’énergie mécanique produite par le piétinements des passants, alimentant ainsi les lampadaires.