Le Contexte

L’engorgement des axes routiers, les milliers d’heures perdues chaque année dans les embouteillages, l’inefficacité des trajets (privés, professionnels ou industriels), le taux de pollution et d’alourdissement de la note carbone qu’ils entraînent sont autant de problèmes endémiques, qui, de plus, vont s’aggravant.  Au-delà d’une meilleure politique de mobilité, il s’agit aussi de mettre en oeuvre des outils, moyens et réflexes allant dans le sens d’une plus grande efficacité, d’une volonté de préservation des ressources et des énergies.  Dans tous les sens de ces deux termes.

Or, ce ne sont pas les possibilités d’amélioration qui font défaut: décentralisation des espaces de travail, flexibilité dans les horaires de déplacement et de travail, meilleure coordination entre trafic routier, transports en commun et possibilités de parking, fluidification du trafic par une information temps réel ciblée et une optimisation des trajets reposant sur des données pertinentes, etc.

L’équipement croissant des infrastructures, des véhicules et des usagers en dispositifs électroniques et accès à l’information laissent entrevoir des perspectives de réponses efficaces aux problématiques de mobilité.  Un champ nouveau d’innovation qui ne demande qu’à être exploré.