Le Contexte

Aujourd’hui, la grande majorité de la population mondiale – et la Belgique ne fait pas exception – se concentre dans les villes ou les agglomérations urbaines.  Une tendance qui s’accentuera encore à l’avenir puisqu’elles devraient héberger jusqu’à 70% de la population du globe à l’horizon 2050.

La ville est donc aussi le lieu où se concentrent la plupart des problèmes et défis, environnementaux notamment.  Pour devenir plus “performante”, la ville doit devenir “intelligente”, c’est-à-dire mettre en oeuvre des processus et modes de fonctionnement qui optimisent ou rationalisent chacune de ses facettes: vie économique, environnement, mobilité, sécurité, cadre de vie, énergie…  Les nouvelles technologies en sont l’une des clés majeures.

Or, une ville regorge de plus en plus de solutions et dispositifs électroniques et de moyens de (télé-)communications qui lui permettent de générer, de collecter et – potentiellement – d’exploiter des données sur tout ce qui façonne son quotidien et d’optimiser le fonctionnement de ses divers rouages.  Ce potentiel est encore décuplé par les multiples équipements et potentiels dont disposent les bâtiments, les individus et les entreprises se trouvant sur son territoire.

Une utilisation judicieuse de cette masse d’équipements et d’informations, consolidée, synthétisée et analysée, permet de prendre de meilleures décisions, qu’il s’agisse d’inaugurer un nouveau service, de déclencher une intervention d’urgence, de définir la priorité de projets ou de tâches quotidiennes, d’informer le citoyen, etc. etc.